Installer Java sous Linux et l’ajouter au Path de l’interface graphique

Je suis un utilisateur de Java depuis quelques années maintenant et malheureusement, depuis le passage à la version 7, il n’y a plus d’installateur automatique pour les versions autres que RPM (gageons que ce soit temporaire). Voici donc la procédure pour avoir un Java fonctionnel et facilement upgradable par la suite.

Tout d’abord, il faut commencer par télécharger le JDK et le JRE qui nous intéresse sur la page officielle de Java. Il faut bien sûr prendre la version tar.gz et pour ma part je prend la version 64bits. Je me retrouve donc avec les fichiers :

jre-7u7-linux-x64.tar.gz
jdk-7u7-linux-x64.tar.gz

Je créé ensuite un dossier java dans le dossier /opt/ puis y déplace le JDK et le JRE à installer à l’aide des commandes :

mkdir /opt/java
mv jre-7u7-linux-x64.tar.gz jdk-7u7-linux-x64.tar.gz /opt/java/

On décompresse ensuite les deux archives puis on les renomme respectivement en jre et en jdk :

tar -xzf jdk-7u7-linux-x64.tar.gz
tar -xzf jre-7u7-linux-x64.tar.gz
mv  jdk1.7.0_07 jdk
mv  jre1.7.0_07 jre

Il ne reste plus qu’à enlever les deux fichiers d’archives et on a les fichiers d’exécution de Java à leurs places définitives. L’avantage de cette mise en place est qu’il n’y aura qu’à remplacer les fichiers à l’intérieur des dossiers jdk et jre par les nouvelles version de Java. Ce sera ainsi le seul changement qu’il y aura à apporter par la suite pour mettre à jour sa version.

Maintenant qu’on a des emplacements de Java suffisamment génériques pour résister aux changements de versions, il faut les inclure au PATH. Il y a plusieurs solutions en fonction de ce que l’on désire mettre en place. Pour ma part, je voulais inclure Java partout (sous entendu y compris dans l’interface graphique) afin que les programmes qui en ont besoin le trouve facilement. De plus, ceci me permet de lancer facilement mes programmes sans mettre la direction absolue de mon installation.

Je vais maintenant détailler différentes possibilités d’installation :

  • La première permet d’ajouter Java au PATH console d’un seul utilisateur. Il suffit pour ce faire de rajouter les lignes :
export PATH=$PATH:/opt/java/jdk/bin:/opt/java/jre/bin
export JAVA_HOME=/opt/java/jre/bin

à la fin du fichier .bashrc de l’utilisateur.

  • La deuxième permet d’ajouter Java au PATH console de tous les utilisateurs du système. Il suffit de rajouter les même lignes qu’au dessus mais dans le fichier : /etc/bash.bashrc
  • La dernière, et celle que j’ai utilisé, permet de modifier le PATH de tout le système. Elle consiste à modifier le fichier /etc/environment. On modifie la ligne PATH et on rajoute une variable JAVA_HOME au fichier de cette manière :

PATH= »/usr/local/sbin:/usr/local/bin:/usr/sbin:/usr/bin:/sbin:/bin:/usr/games:/opt/java/jdk/bin:/opt/java/jre/bin »
JAVA_HOME= »/opt/java/jre/bin »

De nombreux détails sur les variables d’environnements et leurs utilisations sont présentes sur les pages officielles d’Ubuntu.

Après un simple redémarrage de l’ordinateur, les configurations seront prises en compte. Nous voici donc avec un Java facilement upgradable utilisable partout.

Laisser un commentaire