Choisir si un mail doit être supprimé du serveur sous Thunderbird

Les deux principaux protocoles utilisés pour récupérer ses mails sur son serveur de mail sont IMAP et POP.Ceux ci sont différents sur leur fonctionnement bien que servant le même intérêt.

Pour faire simple, POP est le plus vieux et IMAP a été créé pour corriger certains de ses défauts. Il a notamment été conçu pour pouvoir conserver les messages sur le serveur mais permet aussi de créer des dossiers ou de manipuler ses mails et leurs statuts (Lu, Non lu, …)

De plus, les capacités actuelles des serveurs de messageries grand public sont telles qu’il est quasiment impossible de les dépasser. Malgré tout, certains y arrivent et il est parfois nécessaire de faire un petit nettoyage.

Pour le protocole POP, vous pouvez gérer vos choix de suppression du serveur directement en faisant un clic droit sur votre compte, Paramètres…, puis dans la section correspondante à votre compte POP, sélectionnez Paramètres serveur et reportez vous à la case à cocher Laisser les messages sur le serveur.

En ce qui concerne IMAP, au lieu de reprendre point par point les explications que l’équipe de Thunderbird détaille déjà très bien, je mets à la suite les liens vers la documentation officielle.

Où en sont les articles en retard ?

Voilà plus d’un an que je tiens ce blog et que je rapporte le résultat de mes recherches. A la base c’était dans un but personnel afin de conserver une base de connaissance à laquelle je me reporte quand je dois affronter de nouveau une situation connue. Depuis quelques mois de plus en plus de gens à la recherche des mêmes informations atterrissent ici, et c’est d’autant plus plaisant de voir que ce qu’on a fait aide d’autres personnes, mais cela implique plus de détail et de rigueur dans la rédaction.

Cependant, la quantité d’onglets ouverts dans mon navigateur et de favoris dans mon dossier « A traiter » ne cesse d’augmenter et certains problèmes rencontrés ne sont plus d’actualité. Certains datent énormément et rédiger un article n’aurait plus d’intérêt, les distributions ou les solutions ayant changées.

Dans le lot, il y en a certains que je traiterai mais différemment, les solutions et mes besoins ayant évoluées. Je pense par exemple aux utilisateurs virtuels sous vsFTPd que je ne mettrai plus en place, préférant utiliser des protocoles plus sécurisés qu’FTP. Ne serait ce qu’SFTP est une meilleure solution à mes yeux. D’autres comme des générations spécifiques d’EJB avec NetBeans ne seront tout simplement pas vues car l’IDE a énormément évolué et que sa version actuelle (7.4) répond aux mêmes besoins en deux clics.

J’ai donc décidé de faire le trie et de passer à la trappe tout simplement une grande quantité de ces sujets. La plupart d’entre eux étaient apparus à un moment où je n’avais pas le temps de les traiter et, même si je le regrette, ils me paraissent beaucoup moins importants que d’autres.

Sinon des tas de projets en cours et pleins de nouveaux services en déploiement en plus d’une activité étudiante et professionnelle remplie. Je n’ai donc pas le temps de m’ennuyer et un bon nombre d’articles sur eux devraient (j’espère mais vu le sujet de billet je ne m’avance pas trop 🙂 ) apparaître.

J’espère encore aider bien des gens à résoudre les problèmes qu’ils peuvent rencontrer et auxquels j’ai moi même été confronté et j’espère vous voir de plus en plus nombreux !

MySQL Workbench sous Ubuntu 12.04

Je parlais l’autre jour d’un problème lors du passage d’Ubuntu 13.04 à Ubuntu 13.10. Nombreux sont ceux qui, pour éviter ce genre de désagrément, préfèrent rester sur des versions dites LTS. La dernière en date chez Ubuntu est la 12.04. Malheureusement, même s’il y a moins de risque de rencontrer de problème sur ces versions, les paquets qui sont proposés sont souvent assez vieux ou certaines librairies absentes.

C’est notamment le cas avec MySQL Workbench. Ce logiciel de gestion de base de données MySQL est l’outil parfait pour bon nombre de tâches comme l’administration, la duplication, la conception, … de base de données. Malheureusement, à moins de se contenter de l’ancienne version disponible dans le dépôts officiel et installable en faisant

apt-get install mysql-workbench

il n’est pas possible d’installer la dernière version. Ceci prive d’un grand nombre de nouveautés particulièrement intéressantes. Ceci est tout simplement dû à l’absence de la librairie libctemplate0, celle ci ayant été remplacée par sa version plus récente libctemplate2, nécessaire au bon fonctionnement de MySQL Workbench. Heureusement, cette librairie est disponible dans les dépôts de Debian et il suffit de la récupérer et de l’installer pour pouvoir enfin jouir d’un gestionnaire de base de données efficace et fonctionnel.

La librairie est disponible à cette adresse :
http://ftp.br.debian.org/debian/pool/main/c/ctemplate/libctemplate0_0.97-1_amd64.deb

D’autres personnes suggèrent de recompiler MySQL Workbench en modifiant la référence à libctemplate0 par celle de libctemplate2, donc la nouvelle. Cette étape me semble en effet la plus pérenne et efficace mais elle demande plus de connaissances.

Source : http://bugs.mysql.com/bug.php?id=67322

Réduire Skype dans la barre de notification

Depuis Windows 7, la gestion des applications ouverte dans la barre des tâches permet de nouvelles fonctionnalités comme l’ajout de bouton de contrôle depuis la miniature de la fenêtre.

Skype n’échappe donc pas à la règle à la différence qu’il tourne souvent toute la journée et qu’au bout d’un moment, son icône d’application finit par agacer. Pour ma part,je préfère voir son icône dans la barre de notification et aller la chercher au besoin plutôt que de voir sa grosse icône dans ma barre des tâches.

Il existe deux manière de faire disparaître cette icône. La première est la plus ancienne et je ne la recommanderais qu’à ceux qui ont une vieille version de Skype et qui ne veulent, pour une raison ou pour une autre, pas la mettre à jour. Elle consiste à modifier le mode compatibilité de lancement de Skype. En faisant un clic droit sur le raccourcis de lancement (donc si vous cliquez sur l’icône en barre des tâches, il faut refaire un clique droit sur l’icône Skype qui apparaît) dans les propriétés, à l’intérieur de l’onglet Compatibilité, il faut cocher Exécuter ce programme en mode de compatibilité pour et sélectionner le mode Windows Vista (Service Pack 2). La fonctionnalité de changement de statut depuis la barre des tâches n’étant, à l’époque, pas disponible, le programme ne persiste pas et se contente de rester dans la barre de notifications.

Le deuxième solution est la plus efficace à l’heure actuelle puisque Microsoft, ayant écouté la râle de ses utilisateurs, a rajouté directement depuis Skype une option pour enlever Skype de la barre de tâches. Il suffit pour cela de décocher dans Outils -> Options … -> Avancées -> Paramètres avancés l’option Garder Skype dans la barre des tâches tant que je suis connecté.

Dans les deux cas, vous pouvez reprendre sereinement vos activités sans éteindre Skype et sans pour autant que celui ci ne vous rappelle constamment qu’il est lancé.

Apache 2 après passage à Ubuntu 13.10

Pas mal de problèmes sur le serveur ces derniers jours. J’ai eu la bonne idée de faire la mise à jour depuis Ubuntu 13.04 à Ubuntu 13.10 sur le serveur. Du coup Apache a été mis à jour (bonne chose) mais beaucoup de choses ont changé (mauvaise chose).

La première chose à savoir si le problème vous arrive aussi c’est qu’apache, dans ses nouvelles configurations, n’accepte plus les fichiers de configuration de site qui ne finissent pas en « .conf« . Moi qui les avais tous nommés en fonction du nom du site(domaine/sous-domaine), j’ai dû renommer tous mes fichiers de config pour rajouter l’extension magique.

Une fois que ceci était fait, il m’a fallut supprimer les anciens lien symboliques rajoutés par apache lors des mes précédents a2ensite et présents dans /etc/apache2/sites-enabled/ en faisant :

cd /etc/apache2/sites-enabled/
rm *

De plus, mes fichiers de configuration possédaient des «  » lorsque je voulais désactiver une option mais jamais de « + » lorsque je voulais en ajouter une. Je me contentais par exemple de marquer

Options -Indexes FollowSymLinks MultiViews

Il faut donc reprendre tous les fichiers pour rajouter les « + » qui ont l’air d’être devenus obligatoires donnant donc :

Options -Indexes +FollowSymLinks +MultiViews

Voilà tous les fichiers de configuration de sites sont désormais valides il ne reste plus qu’à activer soit site par site ceux que l’on désire mettre en place soit d’un coup d’un seul tous ceux disponibles en faisant :

a2ensite *

La plupart du temps, les anciens fichiers de configurations ont été conservés et le nouveau fichier de configuration a été mis à côté avec pour extension « .dpkg-new« . Cependant l’ancien est toujours effectif. Dans le doute j’ai quand même refait mes configurations dans le nouveau fichier histoire de ne pas prendre de risques.

Cependant, si vous n’aviez jamais touché un fichier de config, il a été remplacé par la nouvelle version. Dans mon cas, ceci n’a pas été un franc succès puisque le dossier de base des fichiers de site du serveur était revenu à sa valeur par défaut à savoir /var/www/

J’ai donc changé dans le fichier /etc/apache2/apache2.conf les lignes

<Directory /var/www/>
        Options Indexes FollowSymLinks
        AllowOverride None
        Require all granted
</Directory>

par le bon dossier et les bonnes options.

J’ai aussi eu la désagréable surprise de voir que le module php5-json n’était plus installé. Mais pour régler le problème un petit

apt-get install php5-json

et le voilà installé. Plus qu’à faire

service apache2 restart

et voilà un apache qui refait ce qu’on attend de lui.

En conclusion, je dirais que là la solution était relativement simple donc même si ce n’était pas la meilleure des surprises, le problème se corrigeait rapidement. Cependant, pour ceux qui ne savent pas trop gérer les fichiers de config, la tâche aurait pu s’avérer compliquée. Ne faites donc les mises à jour de version d’Ubuntu sur votre serveur qu’en gardant en tête que bien des choses peuvent ne pas se passer comme prévu. Gardez vous quelques heures/jours devant vous quand vous réalisez ce genre d’opération.

EDIT : Une petite précision après quelques recherches. Ce tuto s’applique sur Ubuntu de fait car les versions intégrées entraîne ce problème mais la résolution peut être la même du moment qu’Apache passe d’une version 2.2.X à 2.4.X. (Dans mon cas 2.2.22 à 2.4.6)

Security Token Invalid dans les commentaires WordPress

Je ne sais pas depuis combien de temps ce problème est en place sur mon blog mais il était impossible de poster des commentaires. Un message Security Token Invalid apparaissait à la fin et le commentaire n’était pas envoyé.

Ce problème est apparemment dû à une incompatibilité entre le module de commentaires JetPack et le plugin d’antispam Antispam-Bee. La quantité de spams qui inondent mes commentaires a drastiquement chuté depuis plus de 6 mois et je ne pense pas réellement qu’Antispam-Bee en était la cause. J’ai donc tout simplement décidé de le supprimer et mes commentaires sont de nouveaux disponibles sans pour autant recevoir plus de spams qu’avant.

N’hésitez donc plus à me poser des questions sur les sujets traités ou à les compléter.

Récupérer le résultat d’une commande dans une variable

On continue dans les astuces courtes que j’ai eu à utiliser dans ma conception de scripts. Afin de pouvoir utiliser le PID que j’ai récupéré, il me fallait le stocker dans un variable. Ceci est une notion élémentaire dans le scripting Bash (mais j’avais un peu oublié …)

Il faut procéder comme suit :

variable=$(<COMMANDE_DONT_SOUHAITE_RECUPERER_LE_RESULTAT>)

Vous pouvez maintenant réutiliser le résultat de n’importe quelle commande à l’intérieur d’une autre.

Récupérer le PID d’un processus

Pour une fois un article un peu plus court puisque je viens juste apporter la technique pour récupérer le PID d’un processus. J’ai eu à l’utiliser dans un script de lancement (beaucoup de mises en place de services serveur ces temps ci) donc vous en verrai une utilisation dans les semaines à venir quand je détaillerai ces installations.

Il est bien sûr possible de passer par ps -e (agrémenté de grep et de sed en tous genres) mais ce n’est pas le plus efficace. Voici donc la commande magique :

pidof -x <NOM_DU_PROCESSUS>

Problème d’extinction de la machine

Je suis tombé sur un problème découvert lors du passage de mes serveurs sur proxmox. Le problème est simple, la commande

halt

n’éteint pas la machine. Problème gênant dans certains cas puisque, par exemple, sans extinction, pas de démarrage en WOL. Ce problème se caractérise principalement par les lignes de fin :

Will now halt
[<TEMPS_DEPUIS_L_ALLUMAGE>] System halted

qui ne mènent à rien du tout. Caractérisé de bug depuis Ubuntu 11.04, celui ci n’est pas destiné à être corrigé car il relève plus d’une différence de compréhension de la commande à utiliser que de bug. Voici les différences qui existent entre les différentes commandes d’extinction :

  • shutdown : disponible en 3 options
    • -h : Arrêt ou mise hors tension
    • -H : Arrêt
    • -p : Mise hors tension
  • halt : appelle shutdown -h
  • poweroff : appelle shutdown -p

Le problème que l’on rencontre est donc que halt n’en arrive jamais à la mise hors tension de l’alimentation et qu’elle se contente d’arrêter le système d’exploitation. Ainsi, la commande correcte pour faire ce que l’on attend est en réalité poweroff. Les commandes suivantes contournent elles aussi le problème :

halt -p
shutdown -h now

En conclusion, il vaut mieux prendre la bonne habitude d’utiliser poweroff ou shutdown -p lorsque l’on souhaite éteindre entièrement et pas seulement le système.

Juste pour information si les commandes ci dessus ne changent pas le problème, il est aussi possible que ce soit le daemon ACPI qui ne soit pas présent. Par exemple, le problème m’est arrivé avec une autre distribution sous proxmox lorsque j’appuyais sur le bouton Shutdown. Il suffit d’installer ce daemon à l’aide de la commande

apt-get install acpid

PS : Cet article sur le site d’astuces de la société Absolacom complète bien le sujet avec notamment une astuce pour obtenir le comportement attendu même avec des programmes qui utilisent la commande halt.

Réduire la taille des icônes du menu Applications de Gnome 3

Voici un article que j’aurais dû écrire il y a longtemps (n’utilisant plus Gnome Shell) mais malgré tous si un jour Gnome redevient intéressant, il peut toujours être bon d’avoir l’information. Le thème de base livré avec Gnome 3 présente un menu d’application avec des icônes incroyablement grosses à mon goût.

Il est parfaitement possible de diminuer cette taille en modifiant les valeurs .icon-grid et .all-app .icon-grid dans le fichier /usr/share/gnome-shell/theme/gnome-shell.css.

On peut trouver un exemple de modification et bien d’autres astuces élémentaires sur Gnome 3 sur l’article dédié de Tux-planet.